Conseils de préparation des fichiers

Pour pouvoir être imprimées en offset vos images doivent répondre à plusieurs critères, vous trouverez ici l’ensembles de nos conseils pour obtenir une qualité optimale lors de l’impression.

– Vos images fournies en provenances d’APN (Appareil Photo Numérique)

– Vos images fournies en provenance de votre scanner

– Vos images sur supports papier ou gélatine (négatif, ekta).

Images fournies en provenance d’un appareil photo numérique (APN)

Les images sorties de vos APN sont normalement exploitables pour êtres intégrées dans les documents que vous souhaitez imprimer en offset. Toutefois pour obtenir une qualité maximale, vous devez observer quelques règles afin de ne pas endommager vos fichiers numériques.

La première de ces règles et d’opter pour la résolution la plus élevée de votre APN, fonction qualité maximum avec une compression minimale du fichier JPEG (vous ferez beaucoup moins de photos, mais elles seront de bien meilleure qualité), modifiez aussi le réglage de netteté en choisissant la netteté la plus basse et si votre APN le permet ôtez ce réglage. Sur les APN de type reflex il existe un format de fichier appelé RAW, ce type de fichier délivre un ‘négatif numérique’ qu’il est préférable d’utiliser pour obtenir la meilleure qualité d’image. Cette règle n’est valable, bien évidemment, que si vous n’avez pas encore fait les prises de vue.

Une fois l’acquisition de vos images effectuée, ne modifier en aucun cas le fichier originale, faites vos corrections sur une copie de votre image, lors de la remise de vos documents, vous nous remettrez les fichiers modifiés, ainsi que, et surtout, les originaux « dans leur jus ». Attention à ne pas ré-enregistrer vos images, le format de fichier JPEG créé des artefacts à chaque enregistrement (un artefact désigne tout pixel dont la couleur a été générée de manière aléatoire).

A savoir aussi que tous ré-échantillonnage (modification de la taille et de la résolution) de vos images entraîne des altérations, et qu’un agrandissement de façon logiciel ne fait qu’apporter des pixels inutiles.

Typographie

Les mises en pages et les compositions typographiques de tous documents obéissent à des règles précises, pour vous aider à formater vos documents dans les règles de l’art, nous vous proposons ci-dessous, un aperçu des règles élémentaires de la composition, ainsi que des formats abrégés les plus courants. Tout d’abord, mettons fin à cette vielle idée reçue qui à la vie dure, « On ne met pas d’accent sur les majuscules ». Et bien ci, les accents sur les majuscules sont indispensables pour permettre la compréhension d’une phrase et encore plus lorsqu’il s’agit d’un titre tout en majuscule. Pour illustrer mon propos, juste un titre : AUGMENTATION DES RETRAITES ou AUGMENTATION DES RETRAITÉS – le sens est complètement différent avec ou sans accent.

Pendant près d’un siècle nous nous en sommes passé, car nous n’avions pas d’autres choix, les machines à écrire, puis les ordinateurs étaient tous d’origine anglo-saxonne, nos amis anglais n’utilisant pas d’accent. Maintenant les logiciels permettent de respecter cette règle typographique, sur plate-forme Mac aucun souci, le clavier est adapté (MAJ bloquée, il suffit de frapper la lettre accentué pour obtenir son équivalent en capitale), beaucoup plus problématique sur PC l’accentuation des capitales est réalisé par le biais de la combinaison de la touche ALT maintenue enfoncé et du code chiffre au pavé numérique (code à aller chercher dans la table des caractères de Windows®).

Logiciels

Afin de maximiser les flux de travail et la compatibilité des formats de fichiers utilisés dans le monde de la PAO (Publication Assisté par Ordinateur), vous trouverez ci-dessous nos conseils pour optimiser vos fichiers sources avant de nous les fournir. La création de documents destinés à la reproduction offset doit répondre à des critères techniques stricts, ainsi l’utilisation de certains logiciels est à bannir définitivement. Leurs codages ne faisant pas l’objet de certification, ces logiciels donnent des résultats souvent inattendus. Sur plate-forme PC (Personnal Computer), que se soit sous Windows® toutes version ou encore Vista®, le logiciel de mise en pages le plus problématique est Microsoft Publisher®, préférez lui Word® ou Open Office. Le plus simple étant de ne pas effectuer la mise en page avec ces logiciels et de taper le texte « au kilomètre » (ponctuation et retour à la ligne uniquement) sans enjolivement des textes.